Conflexion

De Primauteur
Aller à : navigation, rechercher


Le mot "conflexion" porte sur une évolution de la méthode de pensée supportée par la médiatique actuelle (NTIC). Il s'agit donc d'un sujet de recherche complexe [1] et nouveau, mais qui nous est toutefois devenu des plus commun.

______


Il s'agit de rendre compte de la généralisation, commune à de multiples domaines, de la systémique [2] de réflexion participative, à la fois :

  • optique (multiplication des sources lumineuses)
  • psychique (multiplicité des participants à un débat),
  • mais que l'on retrouve dans les contextes de physique nucléaire (masse critique),
  • la sociologie des foules (énaction)
  • ou les nouvelles formes de gouvernance (holocratie)

d'où vont résulter des émergences.

Un blik dédié au phénomène de conflexion est en préparation pour reprendre et généraliser les notions de pensée complexe d'Edgar Morin. En particulier son dialogisme au sein d'un polylogisme où l'attracteur d'une notion résulte de la sommation des différents tiers participants, dits "maillés".


Une "circonflexion" est en conséquence une conflexion de proximité autour d'un sujet matériellement ou immatériellement localisé. Cybagora considère le "blik" comme son outil d'aide à la circonflexion spécialisée.


A partir d'une première phase d'expérimentation mentale naturelle, puis sémantique, il devrait se compléter par des outils d'apprentissage profond et de modélisation générative, capable d'une cobotique sémantique d'aide [3] aux processus "anthropobotiques" [4] de circonflexions engagés.




  1. c'est à dire décomposable en éléments plus simples mais en agoras vastes ou ouvertes, c'est à dire en espaces mathématiques dont les composants en relations polylectiques.
  2. l'on dit aussi "emmaillage agorique", c'est à dire le filet (ou tenségrité) des actions, idées, tensions, etc. dont l'action est simultanée et non plus réductible à des actions successives et séparées (réduites). L'on parle d'agora mathématique et d'agorique car un exemple typique est celui des foules des places de marchés.
  3. NB. On a toujours fait cela, mais aujourd'hui on se rend compte qu'il faut se faire faciliter les choses par nos machines pour qu'elles nous donnent au coup de main afin d'être "plus-humains" dans un contexte plus complexe. Ce type de facilitation par la technique humaine n'est pas différent en soi de l'aide que nous nous sommes ménagée par les lunettes ou que nous avons réclamée aux chevaux vapeur...
  4. Alan Turing, le père de la machine de Turing, concept fondamental de l'ordinateur, a proposé le "test de Turing" qui consiste à ne pas savoir, dans un dialogue en ligne ou face à un comportement, si l'on est en face d'une personne humaine ou artificielle. Ceci introduit un contexte relationnel fait d'interlocuteurs humains et de machines (bots) ayant passé de ce test. Cet envronnement, alors anthopobotique, nous est de plus en plus habituel.